En Librairie
-A +A

Liliane Crips et Marie-Louise Pelus-Kaplan - De l’esclavage à l’intégration : vivre et combattre l’exclusion

Liliane CRIPS et Marie-Louise PELUS-KAPLAN (dir.), De l’esclavage à l’intégration : vivre et combattre l’exclusion. Parcours de migrants et politiques d’insertion (Europe et Amérique, du XIXe siècle à nos jours), Paris, Michel Houdiard, 2020

Préfacé par André Gueslin, introduit par Anne-Emmanuelle Demartini, cet ouvrage accueille, entre autres textes, un article de Liliane Crips, membre associée du labo ICT, et un article de Clémence Valin, ancienne doctorante du labo ICT, docteure en histoire contemporaine et en sciences politiques, élève d’André Gueslin

Comment parler des exilés, réfugiés, migrants ? Telle est la question centrale qui a inspiré ce volume, issu d'un colloque de décembre 2016, et qui prend racine à la fois dans un projet interdisciplinaire et dans la volonté d'associer les réflexions de chercheurs universitaires et les témoignages des personnes confrontées aux diverses formes de l'exclusion. Alors que, dans nombre de sociétés, le débat est miné par des polémiques, des idéologies et/ou une solidarité souvent défaillante, entre pays de l'UE ou d'Amérique du Nord, les textes présentés ici se réfèrent aux faits.
Encadrant les témoignages vécus d'anciens migrants, venus en France au cours du XIXe siècle ou plus récemment en provenance, soit de territoires d'outre-mer anciennement colonisés, soit du Moyen-Orient déchiré par des conflits guerriers, les apports des chercheurs croisent les approches disciplinaires - histoire, sociologie, géographie et sciences politiques -, en variant les échelles et le cadre spatio-temporel, pour relater aussi bien les projets utopiques concernant les populations rom sortant de cinq siècles d'esclavage dans la Roumanie du XIXe siècle, que l'exil des migrants centraméricains arrêtés dans le Mexique d'aujourd'hui dans leur tentative de gagner les Etats-Unis.
Faisant le pari de concilier une analyse centrée sur une situation locale et l'inscription dans un contexte global, comme l'étude des enfants des rues dans la capitale de la Roumanie postcommuniste, cet ouvrage s'efforce aussi de mettre en lumière l'évolution des politiques migratoires, toujours plus restrictives en Europe, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusque dans la France actuelle, où exilés, réfugiés, migrants et sans-abri sont confrontés aux conséquences sanitaires et sociales de la pandémie de Covid-19.
Et maintenant, que faire ? Le livre se clôt sur l'appel à prolonger le partenariat entre monde universitaire et société civile, dans une volonté commune de lutte contre les diverses forme d'exclusion.

couverture.jpg