laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires) – Les Europes dans le monde (UR 337)
-A +A

Présentation et axes de recherche

Présentation du laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires) – Les Europes dans le monde (UR 337)

Le laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires) – Les Europes dans le monde (UR 337) est une unité de recherche de l’Université Paris Cité. Elle regroupe des historien.ne.s et des civilisationnistes travaillant sur les aires française, hispanique, germanique, russe, anglophone et arabophone, rattachés à deux Unités de Formation et de Recherche : l’UFR Géographie, Histoire, Economie et Sociétés (GHES) et l’UFR d’Études Interculturelles de Langues Appliquées (EILA).

Les recherches menées en son sein embrassent un vaste spectre temporel allant du Moyen-âge à nos jours. Les travaux d’histoire sociale, politique, économique et culturelle qui y sont menés couvrent des domaines de recherches dans lesquels le laboratoire, fort de son riche passé, a occupé une position pionnière : rapports de genre, mondes populaires, sensibilités et vie affective, normes et déviances, sciences et techniques, villes et patrimoine, pouvoirs et histoire sociale des institutions. Par-delà leurs objets, ses chercheuses et chercheurs partagent un engagement en faveur d’une approche résolument interdisciplinaire. Celle-ci se caractérise notamment par un dialogue exigeant avec les sciences sociales ; une attention particulière aux relations sociales, articulée sur des approches compréhensives ; une démarche soucieuse de l’historicité des objets et des sociétés étudiées ; et une pratique raisonnée des jeux d’échelles entre local, national et global. Civilisationnistes et historien.ne.s se retrouvent également dans une attention partagée aux langues des savoirs, des sources, et à la question de la traduction.

La réflexion collective porte plus particulièrement sur les Europes, travail qui s’appuie sur l’expertise reconnue de ses spécialistes du continent et de ses différentes composantes (germaniques, anglophones, russes, françaises, italiennes et ibériques). Cet espace est entendu ici de manière dynamique, plurielle, connectée et comparée. Loin d’être considéré comme une entité fixe, ses contours spatiaux varient selon les périodes, les échelles et les objets étudiés. Ces Europes sont également comprises dans leurs dimensions impériales, à travers les recherches menées sur les sociétés coloniales, les relations de pouvoir, les accommodements et résistances des populations locales, ainsi que sur les effets retour vers les métropoles. Enfin, l’Europe est abordée comme une région du monde comme une autre, prise dans des réseaux de circulations économiques, migratoires, politiques et intellectuels qui la lient à d’autres espaces, eux-mêmes reliés selon leurs propres logiques d’interconnexions. Ce nécessaire décentrement, porté par la présence de chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, le Moyen-Orient, impose une constante mise en regard avec les trajectoires de sociétés animés par leurs propres dynamiques.

Cet engagement scientifique et intellectuel confère au laboratoire une place originale dans le paysage académique national et international. Il lui permet de porter de nouveaux regards réflexifs et critiques sur les grandes catégories et concepts, scientifiques ou politiques, ayant marqué les Europes des XIIe-XXIe siècle. Cette démarche se concrétise notamment par des enquêtes approfondies et des interrogations de longue durée sur des thèmes transversaux, ainsi que par la tenue d’un colloque international quadriennal réunissant l’ensemble de ses membres (« Négocier à l’échelle du monde » (2017) ; « Les modernités » (2023)). La volonté de diffusion des connaissances et les expérimentations en matière de transmission sont un autre engagement fort du laboratoire.

Trois axes de recherche structurent l’ensemble des enquêtes des enseignants chercheurs titulaires, des chercheurs associés et des doctorants du laboratoire :

Axe 1 : Territoires, mobilités, pouvoirs
Axe 2 : Genre et diversités
Axe 3 : Savoirs, circulations et représentations


Au sein de l’université Paris Cité, Les chercheurs et chercheuses d’ICT – Les Europes dans le monde collaborent étroitement avec plusieurs laboratoires de recherche et avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Val de Seine (ENSAPVS). Ils et elles entretiennent de nombreux liens avec des institutions de recherches et des spécialistes venus du monde entier. Ils et elles sont membres de nombreux comités de revue scientifiques (nationales et internationales), participent à des Groupements d’Intérêt Scientifiques et dirigent des programmes de recherches internationaux.

La variété des approches, des terrains et des objets d’études font du laboratoire ICT – Les Europes dans le monde un pôle de formation attractif pour les étudiant.e.s. Ils et elles y reçoivent une formation intellectuelle exigeante, ouverte dès le Master vers l’international et encourageant les mobilités, dans le cadre de la formation générale et de doubles diplômes avec des partenaires européens (Bologne, Bielefeld et Master in European History). Ses nombreux doctorants et doctorantes sont intégré.e.s à l’École Doctorale Sciences des sociétés (ED 624) de l’Université Paris Cité et font l’objet d’un suivi insistant sur l’insertion scientifique et professionnelle. Ils et elles sont intégré.e.s à un séminaire dédié et conviés à participer à un évènement doctoral en fin d’année. Ils participent en outre à l’activité du Labex DYnamiTe et sont engagés dans la revue des jeunes chercheurs Encyclo.

 

Axe 1 : Territoires, mobilités et pouvoirs

L'axe rassemble les chercheuses et chercheurs qui explorent les relations entre les expériences de mobilité, l’inscription spatiale des différentes formes d’interaction sociale, et les territoires comme espaces socialement et politiquement investis.

Axe 2 : Genre et diversités

L’axe 2 est orienté vers des questionnements d’histoire sociale et culturelle, du XIIe siècle au début du XXIe siècle dans une perspective comparatiste (Occident, Amériques, Afrique anglophone, etc.)

Axe 3 : Savoirs, circulations et représentations

L’axe 3 rassemble les membres du laboratoire dont les travaux portent sur l’histoire des savoirs et des représentations, leur construction, leur circulation, leurs usages sociaux, du Moyen-Âge à nos jours.